Baisse du prix agricole, alors que le prix pour le consommateur augmente.

Publié le 28 Février 2010

L’UFC-Que choisir de Senlis (Oise) vient de mener une enquête sur les prix d’aliments peu transformés, dont la matière Sans-titre-119.jpgpremière agricole constitue une part prépondérante.


Le résultat est sans appel. Alors qu’en septembre 2009 :


Les prix agricoles de la volaille, du porc, et du lait étaient respectivement de 2,11 €, 1,34 € et 0,29 €.


Les prix moyens en rayon de l’escalope de poulet, de la côte de porc et de la brique du lait,  étaient respectivement de 6,65 €, 11,58 € et 0,75 €.


Soit des différentiels importants qui, faute de transparence et de données publiques, restent inexpliqués. Mais une étude plus approfondie permet de parler de marges injustifiées.


En effet, pour de nombreux produits (lait, porc, volaille), industriels et distributeurs profitent des variations de prix agricoles, plus particulièrement des baisses, pour accroître fortement leurs marges.


S’agissant du lait, entre septembre 2007 et septembre 2009, le prix payé à l’éleveur a baissé de 7 %, alors que, pour le consommateur, le prix de la brique de lait Candia a augmenté de 5 %. Pire, la brique de lait à marque distributeur a elle augmenté de 11 % !


En l’absence de données publiques et en raison de la baisse significative du prix agricole depuis la mi-2008, le maintien de prix élevés laisse apparaître des marges injustifiées dont souffrent les consommateurs.

 

lire la suite :

Rédigé par Didier

Publié dans #Agriculture; Agriculteur

Repost 0
Commenter cet article

hasdenteufel 07/03/2010 00:47


Assez de pleurs et de grincements de dents!
Les agriculteurs sont responsables de leur avenir et les politiques n'ont plus rien à leur donner que leur compassion et l'argent qui leur reste à distribuer. Mais ces gens qui vous font de belles
promesses vont partir et le caisses seront vides. Vous le savez alors cessez de jouer aux enfants capricieux.
L'agriculture française vit au dessus de ses moyens. Qu'elle fasse comme tout industriel dont les produits sont trop chers sur un marché concurrentiel:il faut apprendre à baisser les coûts de
production. Moins de matériel, moins d'engrais, moins de produits, moins de rénovation de bâtiments. La production raisonnable, rien que la production.
J'ai offert mes services pour aider les eleveurs de bovins à redécouvrir les vertus de la production à l'herbe. Mais ca n'intéresse personne, ils préfèrent tendre la main au salon de l'agriculture.
Tristes temps. 

   


KLINX 06/03/2010 16:34


BJR,  persuadée, amoureuse de l'Histoire de ce pays, que tout n'ést que recommencement, que  la pyramides de la société n'est jamais prise comme une leçon par les générations
qui se succédent : Au départ, le guerrier avait pour mission de protéger" l'homme et sa famille des champs" occupés au nourrissage de tous, grace à  sa connaissance du maniement des
armes!!
or, le guerrier prit le "pouvoir", par le biais des armes justement!
il avait auparavant fait construire par la famille de l'homme de la terre, ce chateau fort qui devait les garantir  tous...des razzias des brigants et.... il en abusa
aujourd'hui que voit-on , éternel retour? c'est la  puissance financière désormais qui gagne du terrain , par le biais de la mondialisation , de ses servants. main
basse , sur toutes surfaces cultivables, comme ailleurs en d'autre temps sur les champs de pétrole, la recherche scientifique !
Adieu,la propriété individuelle , criblée de dettes  , comme l'ont été dans le désordre les employés , les ouvriers..l'artisanat...etc.
 Faisons face au miroir aux alouettes , au veau d'or, comme l'on voudra... mais -il est bien bien tard?


EUDES.Q.L. 05/03/2010 15:54


Je suis eleveur de bovin depuis 15 ans.
J'ai pratique avant que ce soit a la mode l'elevage exclusivement a l'herbe avec des rendements prouves de 500/700 kg/ha.
Je suis disponible pour assister tous les producteurs qui veulent sortir de la PAC a suivre mes techniques. Dans cetr esprit j'ai ouvert un BLOG et publie une conference sur Wikipedia. S ans
reponse.
Les agriculteurs prennent ils plus de plaisir dans la revoñlte qued dans la refortme?
Je suis a l'ecoute de toutes les propositions n'ayant qu'un seul but:aider mes confreres!

Martel Gerard 04/03/2010 22:42


quelle honte dans un pays soi-disant moderne ....qui laisse notre agriculture ..quel triste avenir !
Gerard


Samuel 28/02/2010 17:24



pour bien comprendre que les enjeux pour le consommateur et le producteur sont à la régulation, il faut lire:
http://www.apli-nationale.org/TELECHARGEMENTS/16-FEVRIER-AN16-FEVRIER-2010-ALYSES-GOUIN-Paysans-091102-projetarticle.pdf
le libéralisme ne fait qu'appauvrir la production et la consommation les autres acteurs des filières ce couvrent des variations du marchés et augmentent leurs marges