Gaspillages

Publié le 16 Octobre 2011

 

 

 


Sans titre19Les offices agricoles mis en cause dans la gestion des aides de la PAC

 

L’opacité des aides agricoles

 

Des bénéficiaires que l’on n’arrive pas à recenser, un montant global des aides inconnu… Les Magistrats de la rue Cambon dressent un bilan accablant de la gestion des aides agricoles.

 

En 1998, pas moins de 10,7 millards d’euros (70,3 millards de francs) dont 9,7 milliards d’Euros (64 milliards de francs) financés par l’Union européenne ont ainsi été distribués.

 

Ce sont au total quelque 300 aides différentes qui ont été répertoriées.

 

Autre surprise : il est impossible de connaître le nombre exact des bénéficiaires, ni ce que touche chaque exploitation. La cour des comptes a finalement estimé à « plus de 2 millions » le nombre de versements effectués, et à 1,03 million le nombre de bénéficiaires.

 

Problème, il n’y avait en 2001 en France que 663 000 exploitations et 393 000 professionnels…

 

Quant aux contrôles, ils ne sont manifestement pas d’une grande utilité : « les offices ne connaissent pas réellement les aides versées à tort », souligne le rapport.

 

Au vu de ce constat 367 000 fausses exploitations sont bénéficiaire de versement des aides Européenne.

 

La nouvelle politique agricole qui devait coûter moins cher à l’Union Européenne, revient en réalité beaucoup plus cher, sans pour autant que les revenus agricoles ne bénéficient de cette manne supplémentaire et le plus grave est de faire le parallèle entre les prix qui ont baissé d’un tiers à la production sans diminuer à la consommation.

 

Et puis, d’après les rumeurs de personnes bien informées, la fraude existe très réellement car dans les milieux où transite l’argent des aides ou des primes, certains fonctionnaires n’hésitent pas à mettre en œuvre des fausses déclarations, au nom de fausses exploitations, en ayant la certitude d’être préservé de tout contrôle en s’assurant de la complicité de leurs collègues.

 

Il est tellement facile de mettre tout cela sur le dos des agriculteurs en général.

 

 

 

Rédigé par Didier

Publié dans #Cour des comptes

Repost 0
Commenter cet article