L'agriculture éphémère de la politique fiction ...

Publié le 6 Novembre 2011

Voilà ce que pourrait être la réponse fiction politique... mais pas si fiction que ça...! 

 

70" Cher Monsieur, Monsieur le Premier Ministre a été très attentif et particulièrement sensible à votre lettre , et il m'a chargé de vous apporter la réponse suivante.

 

Il est vrai que l'article 17 de la Déclaration des droits de l'homme, est le seul qui qualifie d'inviolable et de sacré le droit de la propriété.

 

Mais c'est précisément en vertu de ce même article que vous invoquez, que le pouvoir exécutif ne peut intervenir pour s'opposer au droit de la propriété de ceux qui vous ont spoliés avec toute votre famille, en rachetant, à vil prix aux enchères publiques (truqués) vos biens, votre ferme, vos terres et votre bétail. 

 

Par ailleurs, en vertu du principe du partage du butin, euh...pardon, je voulais dire du mythe de la séparation des pouvoirs, le chef de l'exécutif, ne peut intervenir sur les prérogatives du pouvoir judiciaire, bien que l'exécutif l'ait lui même nommé et mis en place, avec la mission d'infliger l'injustice au nom de la justice et d'assurer ainsi, à ses mandants, richesses et prospérité fondés sur le vol et la spoliation d'autrui, en l'occurrence vous même et tous ceux qui de trouvent ou se trouveront dans votre situation. 

 

Je dois aussi ajouter que vos biens ont été rachetés en sous main, par le neveu du président de tel ministre, sous couvert de ses différents prête noms et qu'à l'heure où je vous écris ils ont dejà été revendus alors que l'adjudicataire ne les a même pas encore payés. 

 

De cette opération fictive, 4 000 % de plus value ont déjà été dégagés, dont plus de la moitié a été reversée pour le financement de la campagne politique de votre serviteur...! Le reste a servi d'enrichissement sans cause aux différents voyous conventionnels qui sont intervenus dans cette opération. Comme vous êtes agriculteurs, leur éphémère titre de propriété leur permettra néanmoins d'encaisser les primes agricoles en tous genres : quotas laitiers et céréaliers, primes pour les vaches allaitantes, primes pour la transformation des cultures en agriculture bio, etc. 

 

Vous comprendrez alors, Cher Monsieur, l'impossibilité dans laquelle se trouve le chef de l'exécutif pour accueillir votre pétition, malgré toute sa bonne volonté et la préoccupation que suscite votre situation pénible. 

 

Toutefois, Il m'a chargé de vous trouver une solution en vous conseillant de vous adresser aux Restos du Coeur pour subvenir à votre subsistance, si toutefois cette association disposait encore de quelque crédit pour vous prendre en charge, sachant que Bruxelles vient de lui amputer sa dotation de plus de 400 lillois d'euros. 

 

Enfin, je vous rappelle que vous n'avez plus le droit de faire les poubelles, mais en plus il est interdit de mendier pour vous nourrir et je  ne saurait trop vous conseiller de respecter la loi. 

 

Je vous prie, d'agreer Cher Monsieur, mes salutations les plus distinguées. 

 

PS: n'oubliez pas de voter pour votre serviteur ou pour son concurrent qui ne fera pas plus pour vous, mais qui attend son tour pour s'enrichir, lui aussi, au nom de l'alternance ! Merci. "

 

      Lien: http://www.liberte.ch/1995/05/10/la-declaration-des-droits-de-lhomme-et-du-citoyen-du-26-aout-1789-2/

Rédigé par Didier

Publié dans #Administration

Repost 0
Commenter cet article