Sauvons notre agriculture pour lutter le changement climatique

Publié le 16 Mars 2010

Sans-titre141.jpgIl est question de  comprendre les agriculteurs, dès lors qu'ils mettent en ouvre des pratiques durables, sont aussi pour nous les meilleurs garants de la lutte contre le changement climatique.


Les revenus des agriculteurs français sont en chute libre. Beaucoup d'entre eux, éleveurs, producteurs de lait ou de fruits et légumes, se trouvent dans une situation désespérée : endettés, parvenant à peine à se rémunérer.

Pendant des années, on leur a demandé d'investir, de respecter un cahier des charges de plus en plus contraignant. Ils l'ont fait. Et ils se retrouvent assommés sous les contraintes, la paperasserie, les contrôles, étranglés par la grande distribution.

Les agriculteur aujourd'hui sont pleinement conscients de la nécessité de mettre en œuvre des techniques agricoles qui concilient respect de l'environnement et performance.

La consommation d'engrais a été divisée par dix en dix ans.

Pourtant, et il est urgent d'en prendre conscience rapidement, le monde agricole est le garant d'un véritable développement durable.

D'abord, et c'est le plus évident, parce qu'il produit la nourriture que nous consommons, une nourriture à la fois plus diversifiée et plus saine que jamais.

Nous avons en France une agriculture du développement durable, elle produit des ressources renouvelables dont les usages sont innombrables, dans tous les domaines.

Cette évolution de l’agriculture, une petite quantité du blé sert à faire du pain et  il existe plus de 1 500 utilisations pour un épi de maïs. !

Qu'il s'agisse des emballages, des colles, des carburants, la demande et les débouchés sont infinis pour l'agriculture et permettent de remplacer les énergies fossiles.

Notre société ce préoccupe de plus en plus  les gaz à effet de serre. Nous dépensons des sommes considérables pour limiter nos rejets d'oxyde de carbone.

Nous lorgnons vers les forêts tropicales comme si elles seules pouvaient sauver la planète.

Sait-on que, dans le calcul de l'empreinte écologique, un champ cultivé séquestre plus de CO2 qu'une forêt ? Et une prairie autant ?

Il ne s'agit évidemment pas de défricher toutes les forêts pour les mettre en culture leur superficie ne cesse de toute façon de progresser en France.

Que va-t-il se passer si nous décourageons nos agriculteurs ?

Rédigé par Didier

Publié dans #Environnements

Repost 0
Commenter cet article