supprimer les taxes à l’importation sur les céréales serait une grave erreur

Publié le 11 Février 2011

SourceFotolia_sima-copie-1.jpgNon au projet de suppression des dernières taxes à l’importation sur les céréales !

Le Ministre de l’agriculture Bruno Le Maire ne doit pas céder sur ce dossier !

Une embellie provisoire

Si aujourd’hui les prix des céréales secondaires ont retrouvé leur niveau de 1987 en monnaie courante, nous n’avons aucune certitude que ces prix, indispensables pour une agriculture durable, perdurent.

Le risque de dégringoler à nouveau vers un prix de 100 euros la tonne dans un an existe bel et bien !

Ne pas céder !

Dans ce contexte, la récente demande des importateurs, soutenue de manière incompréhensible par Orama, de supprimer les dernières taxes à l’importation sur les céréales est inacceptable.

Par expérience, on sait très bien que quand on suspend ce type de protection, il devient illusoire de vouloir la rétablir dans le futur.

L'OPG soutient la position du ministère de l'agriculture qui, à la fin janvier, n'était pas favorable à cette suppression et demande à Bruno Le Maire de rester ferme sur ce dossier important pour les producteurs.

Une taxe faible, indispensable pour les producteurs européens

Ces taxes représentent seulement 12 euros par tonne et s'appliquent sur les importations de blé de "basse et moyenne qualité" et 16 euros par tonne pour l'orge, ces produits étant destinés à l'alimentation animale.

Le marché européen n'est pas déficitaire et les fabricants d'aliments du bétail doivent, au non du respect du peu de préférence communautaire qu'il reste, s'approvisionner sur le marché européen.

 

OPG : Organisation des Producteurs de Grains

Rédigé par Didier

Publié dans #Agriculture; Agriculteur

Repost 0
Commenter cet article