Tribus de la grande distribution.

Publié le 29 Mars 2011

13Comment se fait-il qu’un agriculteur doit faire prendre conscience au Ministre de l’Agriculture, Monsieur Bruno Lemaire, des aberrations de la grande distribution ?

 

A quoi servent le Ministère de l’Agriculture et la FNSEA ?

A quoi servent les Chambres D’Agriculture ?

A quoi servent nos grands ingénieurs agronomes et commerciaux ?

 

Si elle en est la répétition générale, l’avenir de l’agriculture augure mal la future campagne de la Politique Agricole Commune (PAC). Un ping-pong d’invectives fait office de débat et les idées sont aussi rares que la tension est vive.  Nous avons un grand étalage de valeurs, que chacun veut bien l’entendre  à sa manière, au marketing de différents syndicats agricoles ou camelots et charlatans se disputent l’éternelle contradiction entre idéologie et réalité.

« Vous allez voir ce que vous allez voir »

Un Ministère de l’agriculture se sent dispenser de toute remise en question. Chacun défend ses privilèges et chacun développe une communication « ciblée » adaptée à des  consommateurs (trices) soucieux de lire les bonnes étiquettes sur les bons produits.

Alors l’idée pour incarner une alternative, c’est vraiment de tout mettre en œuvre et créer un projet pour sauver les agriculteurs, qu’ils soient basque, breton, auvergnat, berrichon, etc... Tous ont le droit de vivre et faire vivre leur famille décemment, et non de les faire végéter lentement une pauvrette de vie, et de les amener à la ruine.

Alors, il faut s’attaquer à la Grande Distribution, un système déloyal et inacceptable avec des  profits illégitimes et colossaux.

Je vous invite à lire le sujet développé par M. Pierre Priolet

L’action entreprise depuis un mois a permis de sensibiliser les consommateurs et les producteurs sur la nécessité de revoir le fonctionnement de la Grande Distribution.

A sa demande, j’ai rencontré le Ministre de l’agriculture, Monsieur Bruno Lemaire, le 22 mars et je lui ai parlé clairement du système déloyal inacceptable de la grande distribution. Je lui ai montré les contrats de référencements de la Grande distribution avec 37 pages de contraintes pour le producteur et aucune obligation pour la grande distribution.

J’ai évoqué l’erreur que représentait actuellement l’augmentation des prix liés aux hausses de matières premières, car il faut s’attaquer en priorité aux marges indécentes de la grande distribution et les encadrer. En effet leurs prix sont fondés sur ce que le client peut payer, non sur la réalité du marché.

Si l’on veut s’attaquer à la défense du pouvoir d’achat, il faut avant tout s’attaquer aux profits illégitimes et colossaux de la grande distribution, qui de fait n’a aucun concurrent.

Je lui ai dit qu’il n’y a actuellement aucune notion de prix, puisque c’est l’acheteur qui fixe son prix et ses conditions.

 Sur le site dans six semaines, je mettrai en ligne un contrat de référencement de toutes les enseignes pour 2011. Vous pourrez tous constater la réalité de ces contrats léonins.

J’espère que les services de l’état vont prendre conscience de l’urgence qu’il y a de réguler les modes de fonctionnement de ce système corrupteur, qui contrairement à ce que croient actuellement les politiques, ne crée pas les emplois qu’ils annoncent et détruisent le pouvoir d’achat des Français.

Les services de l’état n’ont pour l’instant pas fait la balance des emplois sous payés créés par la Grande Distribution par rapport aux emplois réels innombrables qu’elle a détruit.

Je réaffirme que quand 85% des marchandises sont distribuées par 12 Centrales d’achats et que personne ne peut « travailler » avec plus de 4 distributeurs et que compte tenu du système de référencement actuel, qui est en fait une intrusion totale dans les sociétés qui travaillent avec elles, il n’y a plus aucune notion de marché ! Cet état de fait conduit à une destruction massive d’entreprises et d’agriculteurs.

C’est alors à l’Etat et à lui SEUL d’intervenir et d’imposer les règles.

J’ai indiqué au Ministre que cela a déjà été fait pour les livres et que tout se passe très bien. Aujourd’hui ce système maffieux légal, entraine la société à des injustices graves.

Ceux qui n’ont plus les moyens de manger des produits sains sont contraints par le manque de volonté de l’Etat à l’obésité, qui touche de plus en plus de pauvres.

Nous avons actuellement les moyens par la qualité et l’efficacité de la grande distribution de nourrir à Juste Prix les consommateurs, qui pourraient manger le double de fruits et légumes et de produits agricoles en ne dépensant pas un euros de plus.

Il suffit de bloquer leur marge à 30% qui est déjà une très belle marge d’entreprise, pour revaloriser la production nationale et permettre au monde agricole et aux P.M.E de retrouver confiance dans leur métier et leur avenir. Compte tenu de ce que j’ai énoncé plus haut je ne comprends pas, outre les raisons obscures, pourquoi cette évidence n’est pas reprise par les politiques. Eux qui sont les chantres de l’économie de marché, ne comprennent-ils pas que le « marché » à ce niveau n’existe plus ?

J’ai accusé l’état de non assistance à personnes en danger ! En effet, lorsque les services de l’état savent parfaitement que la vente à perte conduit plus de 400 Agriculteurs à la désespérance et au suicide, sans compter les responsables de PME qui ont mis fin à leur jour après une faillite programmée par les comportements inhumains de la grande distribution !

Il le sait et ne prend aucune mesure ! C’est un scandale d’Etat !

Je l’accuse d’être directement responsable de tous ces morts !

Comme je l’ai déjà signalé lors d’une précédente Newsletter, la Loi de Modernisation de l’Agriculture veut contraindre les agriculteurs laitiers et fruits et légumes à signer des contrats sans prix et sans notion de volume.

Cela montre une méconnaissance énorme du commerce des fruits, des légumes et du lait. En effet, personne ne prend en compte l’aspect « périssabilité » et le caractère aléatoire des saisons et de la météo. Comment enfin signer des contrats sans aucune indication de prix de base, cela aussi bien sur le lait que sur les fruits et légumes !

Ces contrats n’engagent comme d’habitude que les producteurs et une fois de plus les contraignent à subir le marché de dupe. Il n’y a aucun contre pouvoir ! ! !

Enfin pour finir, j’ai été choqué par l’opération des « Restos du Cœur » qui a permis à la Grande Distribution des faire des marges conséquentes sur les produits que les consommateurs ont donné à l’association. Quelle honte à cette grande distribution de ne pas avoir proposé sur les produits donnés de rendre à l’Association les marges considérables de ces dons !

Gagner de l’argent sur la générosité des Français ne leurs posent aucuns problèmes moraux !

Consommer Juste a pour volonté de permettre à tous de réfléchir sur une nouvelle manière de consommer. De donner à ceux qui produisent une dignité et de permettre à ceux qui consomment de le faire sereinement en sachant qu’ils le font en respectant les producteurs.

Mais je reste persuadé, que c’est grâce aux consommateurs qui peuvent seuls imposer leur point de vue face à la Grande Distribution, que nous pourrons gagner le combat contre ce système bâti sur la loi du silence, qui rend malade notre société.

 


Rédigé par Didier

Publié dans #Agriculture; Agriculteur

Repost 0
Commenter cet article

invité 02/04/2011 10:29



http://www.rtl.fr/actualites/article/restos-du-coeur-la-26e-campagne-d-hiver-s-acheve-7673027959


Les restos du coeur doivent de battre jusqu'au bout pour sauver l'initiative de Coluche, et faire en sorte qu'elle ne soit pas sacrifiée lors des négociations de la Politique Agricole Commune


                                C'est l'hopital qui se fout de la charité ! ! !