Que font-ils les syndicats agricoles pour les agriculteurs flingués par la DDAF ?

Sans-titre-118.jpgLa DDAF flingue nos petits agriculteurs à coup de sanctions, supprimant leurs primes PAC et pénalisant ainsi la pérennité de leurs exploitations. A travers les enquêtes nous avons été confrontés au même drame de ces hommes simples et sincères qui ne baissent pas les bras.

Des hommes courageux laissés pour compte par tout un système qui les considère comme des citoyens de seconde classe.

Agir pour plus de solidarité, luttée contre inégalités et toutes formes d'exclusion, protéger le monde rural de la diversification de nos campagnes.

Ou sont-ils, les hommes et les femmes politiques Ministres, Sénateurs, Députés qui ont lancé lors de leurs différentes campagnes politiques ces discours devenus paroles mortes ?

Il est temps qu'ils écoutent, s'inquiètent et agissent sur la réalité du terrain pour défendre le sort de nos agriculteurs. Nous leur rappelons que les objectifs premiers des primes PAC sont d'assurer la stabilité des revenus des agriculteurs.

Pour les zones défavorisées, le 26 mars 1999, quinze chefs d'état de l'Union Européenne ont conclu à Berlin, un accord global sur les orientations politiques et financières de l'agenda 2000 qui portait sur trois volets:

La PAC a été maintenue dans son intégrité, l'action en faveur des régions défavorisées a été mieux concentrée, les contributions au budget de l'Union Européenne restent équilibrées et fondées sur le principe de la solidarité.

La DDAF avec l'intouchable du service de la PAC décident de la vie ou la mort d'une exploitation.

Quelle solidarité !
Où sont les syndicats agricoles !

Nous avons pu constater ces trois volets ne sont pas respectés et que bien au contraire, la DDAF a contribué à mettre en faillite les exploitations. Non seulement rien n'a été fait pour soutenir et encourager l'installation d'agriculteurs en zone défavorisée mais au contraire les administrations agricoles n'ont eu de cesse de créer des situations dramatiques ne leur offrant qu'une seule issue: Celle de la précarité et du non-respect de leurs droits. 

Dans l'Indre nous sommes particulièrement étonnés par  des propos tenus sur la personnalité du personnage de "l'intouchable" du service PAC de la DDAF:" Il aurait tous pouvoirs de décision, sans concertation avec c'est supérieur et avec les agriculteurs.

Il est écouté et apprécié par sa hiérarchie et fait la pluie et le beau temps dans ce département. Par ailleurs, il décide de la vie ou de la mort d'une exploitation et notamment face à des agriculteurs qui respectent la "loi ".

Même si les agriculteurs obtiennent des décisions de justice en leur faveur, le plus étonnent " l'intouchable" du service de la PAC applique sa propre loi et les décisions de justice contre la DDAF ne sont jamais suivies d'effet.

Dans l'Indre, le juge n'est pas dans les tribunaux, le juge est " l'intouchable" le seul décideur dans l'administration.

Face à une administration inéquitable et une Justice qui ne sert à rien, les agriculteurs correspondent avec des Députés, des Ministres, des syndicats qui ne font rien ....

Qui on comme seul soutien des formules de politesse:..... " je tiens à vous assurer de tout mon soutien et je trouve tout à fait injuste que votre installation récente dans l'Indre n'ait pas été davantage encouragée et prise en compte...."

Ou bien "....la DDAF semble outrepasser ses attributions" 
Ou encore les propos de Monsieur le Ministre: "....il est attentif une fois de plus aux difficultés de leurs situations !"

Eh Oui !. Les hommes et les femmes politiques se donnent l'illusion de réagir positivement mais en réalité, rien ne bouge.
 
Ecrire un commentaire:

Repost 0