Application chimère de la PAC aux autres secteurs économiques, une nouvelle Paix Salariale Commune.

Sans titre146Depuis des années, l’UE s’occupe principalement de l’agriculture : environ 50 % du budget européen est utilisé dans le cadre de la PAC. Face au peu d’intérêt des citoyens européens pour les élections, la Commission de Bruxelles propose de développer la PSC, la Paix  Salariale Commune.

Elle utilise la PAC comme modèle, puisqu’elle fonctionne merveilleusement bien.



La Commission propose les mesures suivantes :

Constatant que les salaires en Europe sont beaucoup trop élevés, ils sont alignés au niveau des salaires chinois. La différence est compensée par une aide :

un salarié qui gagne actuellement 12 € / heure en travaillant 150 heures par mois, voit son salaire baisser à 3 € de l’heure à partir du 1 er janvier 2010, avec une prime compensatoire de 1 200€ / mois (150*8 €).

Le salarié doit constituer un dossier prouvant qu’il a bien travaillé. La prime est payée au 15 octobre 2010. Le tarif horaire suit les tendances du niveau mondial.

En 2011 La réglementation se durcit. Pour pouvoir prétendre à la prime, le salarié doit effectuer ses déplacements professionnels avec sa « voiture propre » doit mettre son véhicule et sa maison aux normes en utilisant une énergie non polluante pour l’environnement. Il ne peut être en retard que 3 fois par mois.

La prime est payée le 15 novembre 2011. Heureusement le salaire de référence mondial monte à 4 € / heure. La Commission Européenne se réjouit du grenelle de l’environnement.

En 2012, nouveau durcissement. Le salarié doit trier les ordures ménagères, faire des économies d’énergie et régler les charges sociales avant le 1er septembre.

La prime compensatoire est payée au 1er décembre. Les différents pays peuvent prendre des mesures de soutien pour les familles qui ont du mal à régler les charges sociales avant la date limite. Une crise économique refait surface.

Le salaire de référence mondial baisse à 2 € / heure. La commission explique, «  c’est la règle du jeu, l’alternance des bonnes et des mauvaises années ».

En 2013, face à un budget qui explose, la Commission décide une réforme PSC s’appuient sur un découplage du soutien direct a la productivité par un régime de Droit a la paix universel (DPU) par salarié en utilisant comme année historique 2009, 2010 et 2011 sans tenir compte des pénalités et pénibilité de leur travail.


Tous les bénéficiaires voient leurs primes amputées de 5 % au maximum. En cas de non-respect délibéré le salaire est réduits d’au moins 20 % et pire encore il peut être exclu totalement.

Ceux qui touchent moins ou égale à 100 € de salaire par année civile sont exonérés de cette réduction. Les montants économisés peuvent être utilisés pour les restos du cœur.

En 2014, la commission prévoit la publication sur internet des primes perçues par tous les bénéficiaires. Le Montant DPU sont réduits chaque année – 3 % 2013 ; - 4 % 2014 puis – 5 % annuellement car les salaires sur le marché mondial ont flambé de 15 %. Les primes ne sont pas corrigées de l’inflation, elles sont basées sur la référence historique de 2009. Des contrôles inopinés sont effectués pour éviter les abus.

Les sommes épargnées conforme à cette dégressivité est allouées aux mesures de développement de l’habitat.

Quel syndicat de salariés accepterait une telle politique fiction?

Heureusement ce n’est que fiction. Quoique….. C’est bien ainsi que fonctionne l’actuelle PAC, car dans l’agriculture, nous avons des syndicats qui ont même aidé à définir une telle politique !!!

Il est grand temps de revenir à des bases saines : les producteurs subissent des coûts de revient basés sur des choix de société de l’Europe (protection sociale, environnementale, niveau de salaires, etc….).

Ils doivent être payés à des « prix UE » pour pouvoir assumer ces frais et être rémunérés correctement. Alors les produits importés doivent voir leurs prix corrigés des différences de contraintes sociales, environnementales, etc…

Alors seulement, une compétitivité réelle est possible, avec un développement équitable en France et dans l’Europe comme dans les pays en voie de développement.


Repost 0