Une position commune de la PAC France-Allemagne

Publié le 30 Septembre 2010

12La France et l'Allemagne ont adopté le 14 septembre une position commune sur la PAC. 

Derrre les discours rassurants, une lecture plus attentive de ce texte révèle hélas quelques points bien inquiétants 

Le message est clair : 

la PAC ne changera pas ! 

Les politiques persistent malheureusement dans la même voie malgré tous leurs beaux discours!

Il est clair que l’ambition n’est pas de réguler les productions pour stabiliser les marchés, ce qu’on saurait faire si on n’asservissait plus la PAC à l’OMC, mais « d’amortir les effets dévastateurs d’une volatilité croissante des prix et des crises de marché ». 

C’est comme si au lieu d’entretenir les digues on entretenait les équipes de secours prêtes à agir à chaque inondation…

 Ce qu’il faut à l’agriculture européenne ce n’est pas la régulation des marchés, qui n'est au service que de la spéculation, mais bien celle des productions,  seule solution pour revenir à des prix rémunérateurs et ne plus dépendre de primes qui nous asservissent !

La période est cruciale pour les orientations de la PAC 2013.  

Plus que jamais, il est essentiel de défendre et soutenir notre projet de PAC et de nous opposer vigoureusement à la poursuite absurde de la PAC actuelle qui n'est plus qu'un agglomérat de réglementations lourdes, inutiles et pénalisantes.

En témoignent les extraits suivants de cette déclaration franco allemande :

"La démarche qui a été définie par les réformes agricoles successives, et confirmée par le bilan de santé en 2008, doit être poursuivie". 

Elle vise un renforcement de l’orientation de la PAC vers le marché et une amélioration de la compétitivité et de la durabilité du secteur agricole dans le cadre plus global de la stratégie "Europe 2020".

Cependant, l’expérience des dernières années montre qu’un cadre de régulation adapté (avec entre autres des paiements directs aux exploitants, des instruments de marché modernes fonctionnant comme un filet de sécurité, des organisations de producteurs) est nécessaire afin d’amortir les effets dévastateurs d’une volatilité croissante des prix et des crises de marché. 

"Les États membres doivent garder la possibilité de maintenir, à titre facultatif et dans le respect des plafonds nationaux, une « enveloppe de flexibilité " dédiée aux besoins spécifiques (le développement durable, par exemple), à condition qu’elle n’induise aucune distorsion du marché intérieur et qu’elle respecte les engagements pris à l’OMC.

Dans le même esprit, il devrait être possible de prévoir une flexibilité dans la répartition des paiements au sein d’un État membre."

PAC = Politique  Agricole Commune

OMC = Organisation Mondiale du Commerce

Rédigé par Didier

Publié dans #Europe

Repost 0
Commenter cet article